Patrimoine

La broderie, un art noble et précieux

1 commentaire | 71407 lectures



La broderie, un art noble et précieux
© Samira Couture

Si la broderie était considérée autrefois comme une base incontournable de l’éducation des jeunes filles de riches familles, beaucoup la pratique aujourd’hui faute de pouvoir suivre ou poursuivre leurs études à l’école.

La broderie reflète toutes les subtilités de la civilisation algérienne, elle est une référence inégalable au passé. Aussi bien du passé lointain que du récent, en tenant compte de ces évolutions.

Les étoffes allient délicatesse, imagination et créativité, et ces artisanes restent une mémoire et un beau témoignage de savoir faire dilué dans des apports culturels divers et riches.

Aussi, en Algérie, il y a différentes manières de broder, il y a la broderie citadine à base de fil d'or, et la broderie des zones rurales et sahariennes.

La broderie d’Alger est appelé le Tarz, Truz ou Triz, ou « Guerguaf », « N’djoum - Kentid » qui signifie : recherche de l’élégance.. « B’niqa », « Caftans », « qats », « Karakous », sont les bijoux de la haute couture de l’ancienne El Djazair. Des mains de fées au doigté reconnu cousent de belles arabesques sur des étoffes qui sont passées d’el gargaf à la « fetla » en passant par « El Kentir » et où le brodeur ou la brodeuse laisse libre court à une imagination débordante. Les fêtes sont de véritables révélatrices des tendances et des modes en cours. Alger, verra culminer le Badrûn, le Qwiyat. la B’diya et autres B’niqua et El Abrouk avec toujours le même souci : plaire et attirer le regard de l’autre, forcément beau.La Broderie de Miliana quant à elle, c’est Alger revisité. Le sens « Hadras » ou le cachet citadin qui l’emporte. De Blida à Médéa en passant par Koléa, l’influence turque, arabe ou andalouse, est partout visible.

La broderie de Constantine est reconnue pour son extrême finesse. Les motifs s'inspirent des arabesques orientales.

La broderie de Annaba est à motifs généralement floraux et s’inspirant des travaux de nos voisins tunisiens, justifiée par l’appellation broderie « de Nabeul ».

La broderie du Sud (Touggourt et M’néa) : La première, du fait de sa proximité avec la vallée du M’Zab rappelle à bien des égards les métiers pratiqués dans la ville de Ghardaïa, alors que la seconde, réputée pour son tapis, se distingue par une grande originalité dans le style.

La ville de Tlemcen a toujours été connue pour la finesse et la beauté de ses broderies. Les distances sont soigneusement calculées, puisque c’est un art qui refuse toute erreur : un travail dur, minutieux, axé sur la précision. L’œil veillant arrange les couleurs. Cet art est transmis de mère en fille. Chacune garde les secrets de l’art comme elle garde l’héritage des ancêtres, dans des tiroirs. La valeur de l’oeuvre est associée à la précision et le savoir-faire de l’artiste. Le fil d'or de cette ville est appelée "fetla" et est réputé dans tout le pays.


Dziriya.net
Partagez cet article : Facebook Twitter Google+ Pinterest
fatouma , Le 17/04/2010 à 16h02 :

assalamo alaikom.je suis tres contente de voir ce bel ouvrage.Que ALLAH benisse celles qu'il l'ont realise.
Bonne continuite

Dans la même rubrique

Tarbouche : Une algérienne au masculin
Biskra, reine indétrônable des Oasis
Pour une histoire d'éventail
L'apprentissage du mejboud par les jeunes adolescentes
Le burnous

+ d'articles de la même rubrique






Forum société : En ce moment ...
Combien vous depensez par mois
dis moi ton pays je te dirais si tu es belle
La méchanceté,s'apprends elle?
formation en dentisterie en France !?
La nouvelle constitution algérienne ou la mascarade du gouvernement
concours enseignement
CCAM+MAIRIE+TRANSCRIPTION tous ce qu'il faut savoir
Egalité Homme Femme, n'est ce pas utopique voir paradoxal?


Les articles les plus lus !
La broderie, un art noble et précieux
Le karakou algérois
Les actrices algériennes les plus prometteuses du moment
L'histoire de Zaphira, la dernière princesse du royaume d'Alger
La robe kabyle traditionnelle
La chedda, tenue princière de l'ancien Royaume Zianide
Hiziya et Sayed : Une romance algérienne
Les bijoux kabyles de Beni Yenni
25 Novembre Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, joullanar
Grande campagne Reconnaissons le féminicide en France , CeriseSurLghetto
Mais qu'est ce qui peut bien rendre heureux l'algérien ?, Binouche


FIL D'ACTU mode DES DZIRIYATNAUTES :
Couronne2016 a réagi à l'article suivant :
SAMO a réagi à l'article suivant :
SAMOLalla Fadhma N'Soumer : Le film
15/01/2016 à 09h48
syrinne06 a réagi à l'article suivant :
syrinne06Lalla Fadhma N'Soumer : Le film
12/01/2016 à 21h19
ahlamhiba a réagi à l'article suivant :
SAMO a réagi à l'article suivant :

DZIRIYA.NET : LE MEILLEUR POUR LA FEMME ALGÉRIENNE

Restez en contact avec nous !


Facebook Instagram Twitter Pinterest Google+

Copyright 2004-2015, tous droits réservés | Contact | Qui sommes-nous ? | Charte de respect des données des utilisateurs | Version arabe