Alger Fashion Week 2015 : Le bilan


Alger Fashion Week 2015 : Le bilan© Amor Guellil

Du 10 au 13 juin 2015 s'est tenue la première édition d'Alger Fashion Week au Palais de la Culture avec Farida Khelfa comme ambassadrice de charme. Co-organisée par Lynda Berbere-Young et Pierre Prigent-Humblot et sous l'initiative du styliste Samir Pain, cette première édition est plutôt une réussite malgré des problèmes d'organisations évidents (certains mannequins non conformes, retards, problèmes avec les maquilleurs et coiffeurs et manque de lumière pour éclairer le gray carpet...). Votre magazine Dziriya était présent pour couvrir cet événement qui fera date dans l'histoire de la mode algérienne.

AFW débute donc le mercredi 10 juin avec le passage de quatre stylistes. La maison Hayari Couture de Paris ouvre le bal avec une collection de robes de soirées qui, pour certaines, nous font rêver. Nabil Hayari, un franco-algérien originaire de Batna, a pu habiller de nombreuses actrices dans le cadre d'événements prestigieux. Pour cette occasion, le créateur nous a offert une rétrospective de son travail, il a dû, pour cela, rapatrier ses robes des quatre coins du monde (Moscou, Cannes, Monaco, New York...). Nabil, qui défile en Algérie pour la première fois, déclare à notre rédaction : "C'est audacieux d'organiser une Fashion Week, J'ai été surpris par la modernité de la femme algérienne. Dans ma collection, il y avait beaucoup de transparence, de glamour et le public a vraiment apprécié. Bravo encore aux organisateurs !".

presentation-hayari-couture
Défilé Hayari Couture

Vient ensuite le tour de Cheyma Couture, une maison créée par une franco-tunisienne récemment installée à Alger. Même si cette dernière prétend avoir fait ses armes au sein de grandes maisons de couture internationales, sa collection très casuale nous laisse perplexe... On note, dans l'ensemble, un manque d'originalité mais surtout un problème de maîtrise au niveau des coupes et des finitions. Décevant surtout lorsque l'on sait que de nombreux stylistes algériens de talent manquaient cruellement à l'appel.

presentation-cheyma-couture
Défilé Cheyma couture

Succède à Cheyma Couture, Seyf Dean à la tête de la marque Narciso Domingo Machiavelli. Ce styliste, issu d'une union mixte tuniso-taïwanaise réinvente la mode et tente de nouvelles expériences de matières, de jeux de structures et de volumes. Il apporte une extravagance qui manquait tant en Tunisie. La collection qu'il a présenté est un florilège de ses plus belles créations. Et le niveau est bon, voir très bon. On aime cette excentricité parfaitement maîtrisée et ces diverses influences asiatiques et mexicaines. En association avec la maison de bijoux et d'accessoires Zayn, créée par Dorra Zayani, sa collection a électrisé le public d'AFW malgré le manque cruel de luminosité.

presentation-seyf-dean-narciso-domingo-machiavelli
Défilé Narciso Domingo Machiavelli

Samir Pain, styliste et également membre majeur de cette AFW clôturera cette première journée avec une collection de robes de soirées fourreau à la coupe parfaitement maîtrisée. Samir Pain est un grand passionné du badroune qu'il aime "occidentaliser". La robe de soirée badroune est d'ailleurs sa signature. Le styliste mise sur des textures chatoyantes, avec des matières en velours, taffetas de soie ou lamées, tout en privilégiant un style sobre et élégant.

Samir Pain
Défilé Samir Pain Créations

Les deux jours suivants ont vu défiler seulement 4 stylistes dont Samir Pain (qui a présenté une collection de tailleurs pour hommes), Redouane Rebaine, Stéphane Pagan et Angela Lipomi. Redouane Rebaine présente sa collection "Renaissance" qui marque le renouveau du vêtement algérien que le styliste souhaite démocratiser. Initialement imaginé en version masculine, Redouane a décliné une ligne féminine à l'occasion d'AFW. Cette collection, très applaudie, traduit le trendy à l'algérienne et offre un style fun, sportwear tout en pariant sur le confort vestimentaire. Le choix des matières va dans ce sens, pour lui le vêtement algérien doit être facile à porter au quotidien.

Redouane Rebaine
Défilé Redouane Rebaine, colleciton Renaissance

La troisième journée était l'occasion de découvrir les robes élégantes de la styliste italienne Angela Lipomi. Même si sa collection est "jolie" on ne comprend pas trop quelle est sa place dans cette AFW... Stéphane Pagan, styliste lyonnais d'origine mexicaine, lui succédera et illuminera notre journée avec sa collection Gold Algeria qu'il a conçu à l'occasion d'AFW. Le créateur décline des pièces intemporelles et chic pour une Algérie glamourisée. On aime cette profusion de Gold qu'on retrouve dans nos étoffes traditionnelles. Un bel hommage donc, et un coup de coeur de la rédac' !

stephane-pagan
Stéphane Pagan, Gold Algeria

La quatrième et dernière journée de cette Fashion Week était sans doute la plus réussie d'un point de vue artistique et scénique. Les mannequins avaient l'air en meilleure forme et l'organisation était optimale (même si l'attente entre les défilés était toujours longue). Sept créateurs d'Algérie, de Tunisie et du Maroc sont programmés. Le premier à entrer en scène est le styliste algérien originaire de Béchar Rayan Atlas. Ce dernier a joué à fond la carte du sexy avec des robes ultra-courtes au détriment de la créativité. Le couturier a tout de même tenté le buzz avec les selfies des mannequins en plein défilé. Vient ensuite le tour de Mademoiselle Hecy, une marque de prêt-à-porter couture créée par deux tunisiennes. Elles ont présenté une collection de tenues tendances déclinées dans des tons blanc nacré et gold. Salma Boudali, une autre styliste tunisienne, offre une collection de robes scintillantes et finement brodées. Une belle collection mais tout de même assez osée et inadaptée au public algérien. C'est ensuite à la collection N°16 d'Amor Guellil d'entrer en scène. Ce styliste algérois originaire de Tlemcen n'est plus à présenter. Sa collection N°16 est un hommage à la femme algéroise moderne et décontractée. Lire notre article pour en savoir plus. Karim Tassi sera le cinquième styliste à défiler. Il apportera un parfum du Maroc avec une collection mixte hommage à un Maroc coloré, avec une palette d'oranges et de rouges, qui vogue entre le traditionnel et le casual.

Le prodige couturier oranais Adel Fouzi Chekroune viendra présenter une collection très audacieuse. Le visage de la plupart des modèles est masqué pour une mise en valeur du corps féminin. Adel veut rendre hommage à la femme guerrière, à la femme de pouvoir. On aime le jeu des matières et le génie créatif.

Adel fouzi Chekroune
Adel Fouzi Chekroune

Redouane Rebaine aura l'honneur de faire défiler une seconde fois sa collection "Renaissance" avec quelques pièces supplémentaires qu'il a créé en quelques jours.

Le concours de jeunes créateurs viendra terminer cette première édition d'Alger Fashion Week. Trois jeunes couturiers devaient présenter 5 pièces devant un jury composé de professionnel de la mode (la responsable de Dziriya faisait partie du jury). Entre Jawad Bensalem, Nedjar Imene et Idiri Samiha, c'est le travail d'Imene qui a le plus convaincu le jury.


Imene Nedjar
Collection de Imene Nedjar, la gagnante du concours Jeunes Créateurs.

Même si la volonté des organisateurs était de donner une dimension méditerranéenne à cette première édition - sans doute pour rendre à Alger sa place au sein de la sphère méditerranéenne - on regrette le peu de stylistes algériens participants qui auraient pu apporter une touche plus tradi à cette manifestation. Qu'on se le dise, Mumbai Fashion Week sans sari n'est pas vraiment Mumbai Fashion Week, Dubaï Fashion Week sans abaya n'est pas vraiment Dubai Fashion Week et Alger Fashion Week sans karakou ne pourra pas être vraiment Alger Fashion Week. Gageons que les organisateurs retiendront le message.

Dziriya.net salue tout de même cette initiative qui, si elle se poursuit, permettra de poser les fondations d'une vraie industrie de la mode, à l'image de la Tunisie, qui fait figure d'exemple au Magrhreb.


Dziriya.net - 21/06/15

LES PLUS POPULAIRES DANS LA MÊME RUBRIQUE

N°16 d'Amor Guellil, effluves algéroises en hommage à Coco Chanel
Menouba et sa collection Cirta Julia
En 2013, le karakou prend un air baroque





Les commentaires

  1. Par contre, je suis désolée mais la Fashion Week d'Aler fait trop mariage, le mot Fashion n'a pas sa place, merci de changer cela en Salon du Mariage, c'est plus pratique.

    1. lana lana says:

      UUne très belle initiative en Algérie de faire ce genre de défilé!
      J'aurai aimé assister à cet évènement
      Merci dziriya pour le résumé
      j'ai une préférence pour la collection de la styliste italienne Angela Lipomi