La success story de Myriam Chalek


La success story de Myriam Chalek

Myriam Chalek est une jeune entrepreneuse franco-algérienne qui a beaucoup contribué au développement de la mode aux États-Unis grâce à un concept novateur : Financer des jeunes entreprises de mode. La rédaction de Dziriya.net l'a rencontré !

Pouvez-vous vous présenter ?
Je suis née et j’ai grandi en France dans la banlieue parisienne de la Seine Saint Denis. Je suis originaire d’Algérie, mes parents sont de la ville de Sétif et je réside actuellement à New York City où je dirige Creative Business House, l’une de mes premières entreprises. Que vous dire d’autre ? J’ai fait de longues études, universitaires à Paris V. Mon master de droit m’a permis d’obtenir un visa de travail d’un an au Canada, un pays qui fut préalablement mon hôte pour ma licence de droit.

Quel est votre parcours professionnel ?

Assez atypique dans la mesure où j’ai eu l'opportunité d’avoir des expériences professionnelles multiples (juriste en droit des affaires, consultant en droit du commerce international, expert en droit des contrats, Directeur des importations internationales de fer) au sein d’entités variées et situées aussi bien sur le continent européen qu'américain : organisation mondiale du commerce, cabinets d’avocats anglo-saxons, entreprise américaine d’import export ... Cependant, malgré ces expériences, je me suis vite rendu compte qu’occuper une position avec des contraintes hiérarchiques ne correspondaient pas à mon profil voire à mon caractère. C’est ainsi que je suis arrivée à la conclusion que ma prochaine position professionnelle serait au sein d’une compagnie qui m’appartiendrait.



La success story de Myriam Chalek

Cependant, mes plans ne se déroulèrent pas tout à fait comme je l’avais prévu (ce qui n’était pas surprenant sachant que ma décision fut prise avant même d’avoir configuré les tenants et les aboutissants de ce qui allait devenir une laborieuse venture). Mais pour vous épargnez les détails, je me retrouve aux États-Unis avec un visa d’étudiant. En parallèle de mes études, je suis professeur au sein d’un institut de commerce avant de finalement avoir les moyens financiers et administratifs de “donner naissance” à Creative Business House. Là est le début de mon aventure en tant qu’entrepreneur indépendant, dès lors, tout s’enchaîne très vite : Alors que 9 “start ups” sur 10 échouent dès leur première année d’opération, Creative Business House connaît un succès rapide et exponentiel provoquant l’intérêt de plusieurs experts au sein de l’industrie de la mode aussi bien au plan national qu’international.
En 2011, je mets en place une entreprise événementielle ,“White Tie Affair”. Durant la même année, l'honorable "Association Donnons Leur Une Chance" basée à Paris m'offre le poste de Vice-présidente et ambassadrice de leur mission altruiste des 1% avec un coeur. Dans ce cadre caritatif, Creative Business House devient alors le partenaire bienfaiteur de l’association et collabore dans l'ouverture d'une annexe physique à NYC sous le nom de "don't be cheap". En 2012, mon activité entrepreneuriale s'étend avec les débuts de CBH Model Management et CBH luggage storage. Ainsi comme vous pouvez le constater je suis ce qu’on appelle un entrepreneur en série. Mais comme je le mentionne à chacune de mes conférences, l'entrepreneuriat c’est comme jouer au loto, une fois que vous gagnez vous ne pouvez vous empêcher de retenter votre chance : Les risques sont gros mais les gains en valent bien la peine. Enfin, j'espère que ce tableau ne me dépeint pas tel un individu “pécuniairement avide”:-)

Comment avez-vous eu l'idée de créer cette entreprise innovante "la Creative Business House" ?
Lorsque vous décidez de monter votre entreprise, il est essentiel de repérer ce qu’on appelle une “niche”. Aux États-Unis et spécialement à New York City, la ville regorge de stylistes aspirant à être les prochains Alexander Mc Queen, Paco Rabanne ou Coco Chanel. Mais beaucoup ne disposent pas de l’expertise technique, juridique et administrative de la création d’une ligne de vêtements. Après plusieurs études de l’industrie et de sondages auprès des stylistes, je réalise que tous ces jeunes designers ont besoin d’un organisme les assistant de A à Z. Aussi bien dans le choix de la forme juridique de leur structure, la protection de leur propriété intellectuelle ou encore dans la distribution de leur ligne de vêtements au sein de boutiques ou de chaînes de magasins. C’est ainsi que Creative Business House est née en répondant à une demande qui jusque là était restée ignorée. Créer une ligne de vêtements ne se résume pas seulement à dessiner des croquis et coudre des prototypes ; c’est aussi une entreprise que vous devez gérer. Creative Business House permet au designer de faire ce qu’il fait le mieux, être créatif pendant qu’une équipe de professionnels s’occupe du reste.

Pouvez-vous nous expliquer le principe de votre entreprise Creative Business House ?
Le principe est simple.: permettre à l’artiste d’être créatif sans avoir à être encombré des technicalités des étapes de développement de son entreprise. Permettez-moi de vous mettre en situation : prétendons que vous soyez une fashion designer ( styliste) et que vous souhaitez créer votre marque. Vous devez remplir plusieurs conditions pour prétendre au titre de chef d’entreprise :
- Création légale de votre organisation
- Protection de votre marque avec le bureau de la propriété intellectuelle
- Achat du tissu
- Recrutement d'un patronnier-gradeur et couturier
- Réalisation des fiches techniques
- Organisation du photo shoot
- Casting des mannequins pour la production du catalogue de votre ligne
- Packaging
- Impression des étiquettes d’entretien et labels
- Démarchage et distribution auprès d’acheteurs
- etc etc ...
Connaissez vous beaucoup de stylistes souhaitant se charger de toutes ces tâches? Généralement en tant que designer, votre plaisir réside dans la création de vos croquis., le choix des couleurs ou encore le thème de la collection.. Creative Business House est pour le styliste un guichet unique Aussi, l’un des éléments clef du concept de Creative Business House est d’offrir au styliste tous les services mentionnés ci-dessus pour moins de $10 000 (la valeur pour tous ces services s'évalue généralement à $20 000 et plus.)

Comment envisagez-vous l'avenir de votre entreprise ?

C’est une excellente question et c’est d’ailleurs l’objet de la prochaine assemblée de l’entreprise. L’avenir de Creative Business House s’annonce prometteur pour les années à venir... Je touche du bois mais, compte tenu de l'évolution et de la demande, notre équipe travaille activement sur l’ouverture prochaine de branches physiques de CBH dans les grandes villes de la mode et de partenariats avec certaines écoles de la mode. Je ne peux pas vous en dire plus, confidentialité oblige !



Myriam Chalek et le fameux economiste Nouriel Roubini


Quels ont été les principaux obstacles que vous avez du surmonter en tant que femme et de surcroît d'origine maghrébine ?

Partir à l'étranger fut une épreuve d’endurance : lorsque vous vous établissez dans un pays qui n’est pas le vôtre et que votre famille n’est pas près de vous, les débuts d’adaptation sont très difficiles. La culture, le mode de vie, le rythme sont autant de facteurs qui peuvent à la fois être considérés comme des obstacles mais aussi comme des boosters : A New York, les gens ont un rythme accéléré et disposent de très peu de temps pour eux-mêmes. Les 35h n’existent pas ici. Je me souviens encore de mes journées longues de 15 heures. Cette ville n’est pas faite pour tout le monde : sois vous avez la motivation “cérébrale” de parvenir à vos fins et fournissez tous les efforts nécessaires aux dépends de votre sommeil sois vous repartez bredouille. En tant que femme ou en tant que maghrébine, je n’ai absolument pas rencontré d’obstacles dans l'exercice de mon activité. Contrairement à la France, chaque individu est libre aussi bien d’un point de vue culturel, vestimentaire que religieux. La première fois que j’ai vu une femme musulmane portant le hidjab travailler étroitement avec un médecin juif qui lui portait la kippah, j’ai réalisé que les gens ne vous jugent pas sur votre tenue ou symbole religieux mais sur vos capacités. Je ne porte pas de signe religieux particulier mais je n’ai jamais été discriminée en fonction de mon origine. Pour la majorité des américains que j’ai côtoyé, beaucoup ne connaissait pas l'Algérie et exprimait un intérêt à en savoir plus.

Selon vous, qu’est-ce qu’une femme dirigeante apporte en plus dans une entreprise ?

L’humanisation des relations de travail. Une femme est beaucoup plus sensible et à l'écoute de ses employés. Alors qu’un homme est généralement concentré sur le profit réalisé, la femme dirigeante est proche de son équipe, s'en préoccupe et considère le bien-être de chaque membre tel un critère pour la réussite et la réalisation du profit de l’entreprise. Mes équipes sont constituées à 95% de femmes.

Quels conseils ou mises en garde donneriez-vous aux personnes qui souhaiteraient se lancer dans une carrière aux États-Unis ?
Avoir un plan ! Ne pas se lancer à l’aveuglette dans un projet sans y avoir préalablement mûrement réfléchi. Métaphoriquement, parlant, dotez vous d’un GPS pour atteindre votre goal. Il est essentiel de mettre à l'écrit ce que vous souhaitez accomplir afin de constamment vous rappeler la raison pour laquelle vous êtes là. Il est très facile de s'éloigner de sa destination lorsque certains obstacles non anticipés se présentent. D’où la primordialité de prévoir ce qu’on appelle un”back up plan”( une roue de secours). La détermination est la clef de toute réussite. Ne jamais considérer l'échec comme une option. Comme le dit si bien Obama “ Yes (you) can”.

La création d'une entreprise telle que la vôtre serait providentielle pour le milieu de la mode en Algérie, avez-vous pensé à y ouvrir une succursale ?

D’un point de vue personnel, avoir une antenne en Algérie serait “la cerise sur le gâteau”. Malheureusement nous avions déjà étudié la question d'étendre notre activité là-bas, mais les obstacles logistiques et administratifs furent tels que l'idée fut avortée. Cependant, notre essai nous a permis d'établir certains contacts, lesquels seront probablement utilisés dans l’avenir pour une seconde tentative. Ces dernières années, le domaine de la mode en Algérie s’est très vite développé. Creative Business House profiterait de l’intérêt grandissant des algériens pour la mode et bénéficierait à l’industrie en offrant aux nombreux talents algériens l'opportunité de réaliser leurs rêves de créateurs. CBH constituerait aussi une vitrine d’exhibition internationale.

Connaissez-vous des créateurs de mode algériens ?

Zino Touafek, Fadila Kihel, Lammari et l'incontournable Yasmina Chelali représentent mes timides connaissances des designers algériens.

Un Dernier mot pour la fin?

Merci de m'avoir porté cet intérêt tout particulier et au plaisir de - peut être - collaborer sur un projet futur : CBH & Dziriya, l'alliance mode US Algérienne !


Dziriya.net - 09/03/14

LES PLUS POPULAIRES DANS LA MÊME RUBRIQUE

Nora Bengrine : une algérienne élue Miss Rhône-Alpes 2015
Nawell Madani, une oranaise au goût R&B
Zoom sur les meilleures blogueuses et youtubeuses algériennes





Les commentaires

  1. lynda lynda says:

    Je suis toujours fière quand je vois des Algeriens reussir, et je vous encourages <3

    1. c'est avec un grand plaisir que j'ai lu cette biographie, les personnes comme sa nous rendent encore plus fière d’être algériens, 1 2 3 viva l’Algérie! merci shokran thank you de porter nos couleurs au delà de nos frontières!

      1. bonjour, je suis algero-tunisienne et je suis toujours fiere de voir ce genr les femmes de chez nous reussir, vive l'Algerie, vive la Tunisie et le maghreb. tbarkallah 3liha

        1. tbarakallah 3likom! merci dziriya de nous faire partager son experience.
          excellent parcours a aimer et partager ^^
          nous avons besoin de + de personnes comme vous chere madame, afin de redorer l'image de la jeuness, d maghrébins en général! shokran!

          1. exacte, vous êtes notre Marianne a nous
            c'est ce qu'on appel un parcours exemplaire, un modèle pour toute les maghrébines, toutes les femmes.
            Leila Casaouia

            1. Mashallah, sa fait plaisir de voir des femmes maghrebines reussir a l'etranger comme sa. Bravo a vous Myriam! Je vous tire mon chapeau